R
B
A
Rwanda Broadcasting Agency
      

 

Vol No: 965 [ 23 Apr - 26 Apr 2012 ]   Archives 
LES RELIGIEUX DISCUTENT AVEC LE PRESIDENT SUR L'AVORTEMENT
LES RELIGIEUX DISCUTENT AVEC LE PRESIDENT SUR L\
VIATEUR BIZIMANA

Le Président Kagame a reçu en audience, ce jeudi dernier, les représentants des confessions religieuses œuvrant au Rwanda qui ont émis le souhait de le rencontrer pour débattre le projet de loi sur l'avortement se trouvant au Parlement.

Au cours de leurs discussions, Mgr Smaragde Mbonyintege, Président de la Conférence Episcopale du Rwanda (CEPR) qui dirigeait la délégation a déclaré qu'il était heureux que le Président Kagame ait répondu positivement à leur demande pour le dialogue sur l'importante question de l'avortement, ce qui prouve, selon lui, la culture de la bonne gouvernance promue au Rwanda.

"Nous collaborerons avec le gouvernement sur les initiatives visant à prévenir les grossesses non désirées et nous allons offrir notre soutien et nos conseils aux femmes qui conçoivent à la suite des viols. Toutefois, nous reconnaissons que, finalement, le choix de concevoir appartient à la femme ", a déclaré Mgr Mbonyintege.

De sa part, le Ministre de l’Administration Locale, James Musoni qui a assisté à l’audience, a souligné le fait que les discussions de ces représentants des confessions religieuses avec le Chef de l’Etat étaient constructives : "la loi rwandaise continue d'interdire l'avortement, sauf dans les circonstances prévues par le Code pénal. Mais, nous sommes convenus aujourd'hui que les droits de toutes les personnes, y compris les femmes confrontées à des situations traumatiques, doivent être respectés ".

Soulignons que l'article 165 du projet de Code pénal, qui a été approuvé par la Chambre des députés, et qui est actuellement à l'étude au Sénat, criminalise l'avortement, mais met en évidence quatre cas exceptionnels en vertu desquels il peut être autorisé par un tribunal de droit.

Cet article stipule qu'il n'y a pas de responsabilité pénale pour une femme qui provoque son propre avortement et un médecin qui facilite l'avortement dans l'une des circonstances suivantes: en cas de grossesse à la suite d'un inceste familial, le viol, le mariage forcé, et / ou lorsque la contraction d'une grossesse met gravement en péril la santé de l'enfant à naître ou de la fille ou femme enceinte.

Ibitekerezo

    Igitekerezo cyawe kuri iyi nkuru